logo et nom de l'abbaye

AMÉDÉE DE LAUSANNE

LA MÈRE DE DIEU

Durant la nuit de Noël, la douceur de l’air rayonnait, agréable et sereine, et toutes choses, en paix et à leur place, témoignaient que l’auteur de la douceur et de la paix était venu. Ne crois-tu pas que tout fut en paix à la naissance du Christ, puisque tu lis qu’à sa mort tout fut bouleversé ? Sensibles au point de sentir sa mort, les créatures ignoreraient-elles sa naissance ?
Mais si tout, à sa naissance, était dans la joie, quelle ne fut pas la joie de sa mère ? Si tout se réjouissait, de quel bonheur ne jouissait-elle pas, elle ? Quelle joie chez celle qui l’avait engendré, si tout était à ce point dans l’allégresse ? La langue balbutie, le cœur défaille, l’esprit s’étonne devant l’intensité d’un tel bonheur. Comment en effet un vase encore fragile, encore fait de boue et mortel, pouvait-il ne pas se briser sous un tel afflux de joies ? C’est qu’il la gardait sous son ombre lors de la naissance du Christ, celui qui l’avait prise sous son ombre à sa conception. Il lui donnait de supporter les joies, celui qui les accordait à profusion ; et la force de la divinité soutenait de son admirable puissance celle que la gloire de la majesté remplissait d’une ineffable abondance.
Lors donc qu’elle eut mis au monde l’enfant promis et qu’elle eut enfanté le jour venant du jour pour nous donner le jour, tournée vers Dieu de tout son cœur, Marie fit entendre vers les hauteurs le cri de son action de grâces et de sa louange ; elle offrit le sacrifice agréable des lèvres, présenta les holocaustes pacifiques du cœur et fit monter vers le Seigneur un encens au parfum très suave. Recevant l’Emmanuel nouveau-né, elle contempla une lumière incomparablement plus belle que le soleil, elle ressentit un feu que les eaux ne pouvaient éteindre. Dans la petite lampe d’argile qu’était le corps qu’elle avait enfanté, elle reçut la splendeur qui illumine toutes choses ; elle porta dans ses bras le Verbe qui porte l’univers.
Remplie de la science du Seigneur comme les eaux de la mer quand elles débordent, elle est ravie hors d’elle-même et, l’esprit élevé dans les hauteurs, elle se fixe dans la plus sublime contemplation. Elle s’étonne, elle vierge, d’être devenue mère ; joyeuse, elle s’étonne d’être la mère de Dieu. Elle comprend qu’en elle sont réalisés les promesses des patriarches, les oracles des prophètes, les désirs des anciens Pères, qui avaient annoncé que le Christ naîtrait d’une vierge et qui, de tous leurs vœux, attendaient sa naissance. Elle voit le Fils de Dieu qui lui est remis, elle se réjouit que le salut du monde lui soit confié.
Elle entend le Seigneur Dieu parler en elle et lui dire : “Voici que je t’ai choisie parmi toute chair, et bénie entre toutes les femmes. Voici que je t’ai remis mon Fils, que je t’ai confié mon Unique. Ne crains pas d’allaiter celui que tu as engendré, d’élever celui que tu as enfanté. Reconnais-le non seulement pour Seigneur, mais pour Fils. Il est mon Fils, il est ton Fils : mon Fils par la divinité, ton Fils par l’humanité qu’il a prise”.
Aussi, quel empressement et quel soin, quelle humilité et quel respect, quel amour et quel dévouement la Vierge n’a-t-elle pas mis à répondre à cet appel ! Les hommes ne le savent pas, mais Dieu le sait, lui qui scrute les reins et les cœurs.

4e Homélie - PL 188, col 1323 D à 1324 C

Benoît : Ecoute